3.6 La lutte anti-corruption, une arme politique

Arrestation Nabil Karaoui / lutte anti corruption

C’est un péage d’autoroute comme il y en a tant en Tunisie, un peu à l’écart, un peu perdu dans une vaste plaine aride et poussiéreuse en ce vendredi 23 Août 2019 [1]. Une quinzaine de policiers lourdement armés attendent là immobiles à l’ombre des auvents, ce qui ne surprend pas les conducteurs, habitués à ce spectacle. Malfrats ? Contrebandiers ? Terroristes ? Pourquoi sont-ils là ? Ce ne sont pas des questions que l’on pose. Et chacun cherche à quitter la zone aussi vite qu’il le peut. C’est à l’arrivée d’une limousine allemande noire luxueuse et probablement blindée que la scène prend tout son sens. A peine a-t-elle ralenti devant la barrière de péage qu’elle est cernée par les policiers, mitraillettes pointées sur le conducteur. Pour la bonne forme, une voiture de police bloque la sortie de l’autre côté de la barrière pendant qu’une autre vient se garer derrière, empêchant ainsi toute tentative de fuite.

- Monsieur Nabil Karoui s’il vous plaît …

Costume noir, cravate grise, petites lunettes d’intellectuel, un homme élégant au visage fin émerge de la voiture. Ses bras sont aussitôt happés par deux policiers. Il est plaqué sans ménagement contre la carrosserie et fouillé au corps. Le processus est brutal et aliénant. Il ne s’agit pas seulement de vérifier qu’il n’est pas armé. Il s’agit surtout de lui faire comprendre qu’il n’est plus personne. Qu’il est tombé. Qu’il est sur le point de disparaître dans les catacombes de l’appareil sécuritaire dont on ne sait quand il en sortira, ni dans quel état.  

Son crime ? Etre en tête des sondages pour l’élection présidentielle, dont le premier tour est prévu 3 semaines plus tard, le 15 Septembre 2019. La cause invoquée pour son arrestation ? Une enquête pour des allégations de fraude fiscale suite à une plainte déposée par IWatch [2], succursale tunisienne de Transparency International. Enquête relativement inactive depuis son dépôt en 2016, mais opportunément réactivée au cours de l’été 2019, du fait de sa position de leader dans les sondages pour la présidentielle.

Abattre la corruption ou ses adversaires ?

Quelle est la réalité des accusations portées contre Nabil Karoui ? Magnat de la télé et de la communication, milliardaire ayant lancé de nombreux projets caritatifs dans le pays, il a probablement eu à son service une armée de juristes et d’experts comptables chargés de faire ce qu’on appelle pudiquement “de l’optimisation fiscale[3]. A-t-il ou non dépassé des limites, nul ne le sait. Ce qui est certain c’est qu’on ne devient pas milliardaire en Tunisie, qu’on n’obtient pas une chaine de télévision en Tunisie sans jouer habilement avec le système. Donc forcément Monsieur Karoui est quelque part un insider, quelqu’un qui connaît les rouages du système et dont les agissements sont connus par d’autres.

Ce qui est certain ce que l’arrestation d’un candidat à la présidentielle, leader dans les sondages, 3 semaines avant celle-ci n’a rien d’anodin. Et montre à la perfection comment la lutte anti-corruption est devenue en Tunisie une arme politique, récupérée par les plus corrompus et les moins scrupuleux pour abattre leurs opposants.

Une commission Justice & Vérité ?

Partant du principe qu’il est à peu près impossible d’avoir accédé à un certain stade de pouvoir sans avoir été mouillé de près ou de loin à des affaires, se pose la question du devenir des classes dirigeantes actuelles en Tunisie (économique, politique). Sauf à décapiter le pays, on ne peut pas tous les mettre en prison. Laisser aux uns le soin de manier la lutte anti-corruption comme une arme contre les autres est injuste et inefficace. La Tunisie doit elle prendre modèle sur les commissions Justice & Vérité instaurées par Nelson Mandela et Desmond Tutu à la fin de l’Apartheid en Afrique du Sud ?

 

Page précédente sur la corruption en Tunisie Que faire de la corruption en Tunisie ? Page suivante sur la corruption

 

[1] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/08/23/en-tunisie-le-candidat-a-la-presidentielle-nabil-karoui-arrete_5502253_3212.html

[2] https://www.iwatch.tn/ar/

[3] https://www.medias24.com/la-filiale-marocaine-de-nabil-karoui-suspectee-par-la-justice-a-tunis-3687.html

Répondez à cet article :

Votre nom (ou pseudonyme)
Votre commentaire*

Soumettre

0 commentaire(s)