Le coté "ombre" des constellations

Les constellations familiales sont-elles systémiques ? Pas toujours, si l'on regarde des témoignages comme celui-ci ...

Un après-midi de constellations …

Le restaurant était propret et vide, dans le style Suisse traditionnel : meubles en bois massif, tentures abondantes vertes. Proche du lieu dit « Vue des Alpes », il se situait effectivement sur la crête du Jura. Il était facile d'imaginer qu'en face, de l'autre côté du lac de Neuchâtel s'étiraient les sommets de l'Oberland Bernois. Sauf que ce jour là, tout était enveloppé d'une brume humide et suintante qui faisait disparaître jusqu'aux sapins les plus proches.

De l'ensemble se dégageait un air triste et convenu. On imaginait ce lieu consacré à d'interminables réunions de notables. Une suissesse en pull rose vint à ma rencontre et me fit rentrer dans une salle de réunion en contrebas. Mêmes bois foncé, mêmes tentures vertes. J'étais la 16ème personne et le dernier arrivé. Joëlle, c'était son nom se lança dans un bref rappel des règles et principes de fonctionnement des constellations. Je ne savais pas à quoi m'attendre, je sentais une tension palpable, mais contenue dans le groupe. Autour de moi un mélange hétéroclite d'hommes et de femmes (majoritaires) de tous âges et d'origines visiblement diverses. VuedesAlpes-e7ed5.jpg

Joëlle présenta son assistante, Zorica puis fit le tour du groupe en demandant à chacun de se présenter. Certains étaient là parce qu'ils avaient un problème à résoudre. D'autres comme moi en simple observateur et potentiellement représentant (chargé de représenter une personne dans la constellation de quelqu'un d'autre). Puis elle demanda un volontaire pour passer en premier.

Scène de carnage

Un homme d'une quarantaine d'années, prénommé Alain se proposa et fut invité à aller se placer à côté des animatrices. Zorica prenant la direction des opération. Alai fut invité à présenter sa situation, son problème et son objectif.
- Je suis marié, commença-t-il, et j'ai un garçon de 4 ans que j'aime beaucoup. Depuis toujours, j'ai une relation difficile avec ma femme, conflictuelle. Depuis la naissance de notre fils, nous n'avons quasiment plus de relations. Il marqua une pause.
- Depuis 6 mois j'ai rencontré une jeune femme vers laquelle je me suis senti immédiatement attirée, et nous avons maintenant une relation. Visiblement, la situation le tracassait. Son front était plissé, sa voix hésitante, l'émotion n'était pas loin.
- Je n'arrive pas à choisir, dit-il douloureusement, abandonner ma femme et mon fils, ça me paraît impossible. Mais en même temps je suis amoureux de ma compagne…
- Tu as déjà choisi ! l'interrompit Zorica, presque méchante ! Tu as déjà choisi, et tu ne veux pas le reconnaître ! Tout ce que tu racontes là, ce n'est que du bla bla ! Sa voix était forte, dure, abrupte. Je trouvai la scène douloureuse à observer.

- Alain avait l'air en état de choc. Mais enfin, je ne comprends pas, balbutia Alain … Si je suis venu… c'est pour que vous m'aidiez …
- Ne fais pas l'imbécile, réprimanda Zorica, tu me comprends très bien ! Tu as déjà choisi et tu ne veux pas le reconnaître !

Intransigeance et arrogance

Qui était cette constellatrice ? Zorica, ce prénom rappelait la Yougoslavie mais je ne savais rien d'elle. Elle parlait un Français irréprochable avec un léger accent. Je me mis à penser à Sarajevo, et plus précisément à Sniper Alley. Cette femme avait-elle survécu aux bombardements ? D'où venait tant de violence ? Les visages autour de moi étaient tous fermés. La main de Alain tremblait. Il peinait à respirer. Quelle boucherie, me dis-je.

Zorica finit par imposer à Alain de faire une constellation sur sa famille d'origine. “Quand on ne sait pas quoi faire, c'est qu'il doit y avoir quelque chose de tordu au niveau de ses parents ou de ses grands parents” avait jugé Zorica. L'histoire qui se déroula sous mes yeux était longue et complexe. Alain avait l'air secoué mais n'importe qui l'aurait été après le traitement qu'il avait reçu.

A la pause qui s'ensuivit, je m'éclipsais. J'avais entrevu le côté « ombre » des constellations soi-disant systémiques, côté qui s'est malheureusement confirmé lors d'expériences ultérieures : un détonant mélange d'intolérance morale, d'absence de recul du constellateurs et d'arrogance dans le jugement qui hélas suffirait à faire condamner n'importe quelle approche de développement personnel.

Répondez à cet article :

Votre nom (ou pseudonyme)
Votre commentaire*

Soumettre

2 commentaire(s)

Par Magali Niklaus le 20/11/2012

Votre commentaire sur l'ombre des constellations est très pertinent dans son contenu. Ce qui est tout autant pertinent à mes yeux, c'est comme vous l'évoquez de nommer également les conditions éthiques et déontologiques nécessaires à la pratique des constellations. Dans les sites de constellateurs, cette ombre n'est jamais explicitée, ce qui est regrettable. Je relève donc l'urgence de démystifier la pratique des constellations, afin qu'elle serve le public qui cherche véritablement à redéfinir la marge de manoeuvre de l'individu dans un système social. En tant que praticienne en constellations depuis plus de 10 ans, je me réjouis d'entendre des voix comme la vôtre qui amènent une critique constructive de cette méthode dont l'efficacité dépend effectivement beaucoup de l'attitude adoptée par l'intervenant. Merci et bonnes salutations, Magali Niklaus

Par kim le 25/05/2012

Dans ce témoignage, je relèverai essentiellement une critique sur l'animatrice et sur sa manière de créer une atmosphère autoritaire et spéculateur. En effet, il ne suffit pas que l'outil soit bon, il est tout aussi indispensable le savoir-faire de son utilisateur afin que le résultat soit performant. Force est de constater que bien souvent, il est plus aisé de fabriquer de bons outils (et en quantité) que de former de bons utilisateurs.
Dans cette optique, on peut poser la question suivante :
 pourquoi ce témoin (très offusqué comme on peut le comprendre) n'a pas fait part de ses ressentis à ?Zorca… ?
Ne serait-il pas en effet une manière plus efficace afin de faire avancer les choses plutôt que d'abandonner l'outil ou le considérer comme mauvais ?